Connexion Logo UE Je fais un don Espace formateurs Je télécharge l'application FR

Proposition de loi : lutter contre la mort subite de l'adulte


Proposition de loi : lutter contre la mort subite de l’adulte et sensibiliser la population aux gestes qui sauvent 

 

Le 16 janvier dernier, l’AFPR s’est rendue à l’Assemblée nationale, et a participé à une table ronde afin de réfléchir sur les meilleurs moyens de combattre ce problème majeur de santé publique. 
Ce texte de loi, dont Monsieur le Député Jean-Charles Colas-Roy est le rapporteur, a été voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale en première lecture le 19 février 2019. 


Quelques chiffres

 

La mort subite de l’adulte, ou arrêt cardiaque inopiné, est responsable de 40 000 à 50 000 décès par an en France. Selon l’académie nationale de médecine, un tiers de ces décès surviendraient avant 55 ans. Le taux de survie, en France, serait de 3 à 4 % seulement, contrairement aux pays scandinaves ou anglo-saxons où le taux s’élèverait entre 20 et 40 %. 

Quels sont les objectifs de cette loi ?

 

Former des « citoyens-sauveurs » 
Cette proposition de loi vise à sensibiliser la population aux gestes qui sauvent, avec pour principal objectif de toucher 80 % de la population dans les 10 prochaines années. 
Il est question notamment de sensibiliser les citoyens à la reconnaissance des signes d’alerte d’un arrêt cardiaque inopiné, afin d’agir le plus rapidement possible. 
L’apprentissage du massage cardiaque permettrait, quant à lui, de sauver 3 000 vies chaque année. 
Le texte de loi propose d’établir un statut de « citoyen sauveur » afin de protéger toute personne portant secours à une personne victime d’un arrêt cardiaque inopiné en la déchargeant de toute responsabilité légale en cas de décès. 
En première ligne, seront concernés les entraîneurs sportifs et les étudiants de Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives). 

Instaurer une journée nationale de sensibilisation 
Le texte propose également l’instauration d’une journée nationale de lutte contre l’arrêt cardiaque. 

Par ailleurs, les sanctions seront renforcées en cas de dégradation des défibrillateurs.